Forum d'aide à l'héraldique et de partage de la passion des armoiries.


Science héraldique : Quel est son objet ?

Partagez
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Ssire le Lun 9 Mar 2015 - 12:17

@Romuald de Vaisneau a écrit:
@Ssire a écrit:Quel sens donnez vous à "cartesianisme" ? Le sens général de rationnel avec petite connotation péjorative, ou d'une manière plus serrée, basée sur l'analyse déductive ?

Sans vouloir une fois de plus rentrer dans l'éternel débat de lecture ......
Ceci ne répond absolument pas à ma question. Je voulais savoir (et voudrais encore maintenant) savoir si @apn prête au terme cartésien un sens sinon identique en tous cas fort voisin de "rationnel" ou si il le limite à la caracteristique du cartesianisme, savoir "basé sur l'analyse déductive", qui est loin d'être la seule démarche rationnelle, et qui, à mon sens, n'est pas celle de la "science héraldique"
La réponse faite à la place de @apn est loin de cette question. Cela dit elle développe un point de vue personnel qui comme tout point de vue personnel est discutable - ce que je ne manquerais pas de faire, mais dans un autre message pour ne pas tout mélanger.
avatar
apn
Curieux

Nombre de messages : 29
Localisation : Duché de Brabant
Date d'inscription : 08/01/2015

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par apn le Lun 9 Mar 2015 - 17:43

Bonjour Ssire, bonjour tout le monde,

Le sens du mot cartésianisme que j'ai utilisé dans le contexte du débat sur cette page est à rapprocher de la notion mathématique de "coordonnées cartésiennes" telle que définies par Descartes. En géométrie, de nombreuses formes sont définies par des équations et il n'est pas possible de représenter une forme autrement en fonction des humeurs du dessinateur car cette représentation ne peut qu'invariablement être identique dans un même repère orthonormé (i.e. repère cartésien). En héraldique, il n'est pas possible d'appliquer ce principe car de nombreuses libertés de représentation existent. J'ai voulu mettre l'accent sur les gironnés pour lesquels les représentations varient tellement (transformation axiale, rotation, variation de l'angle des girons au centre, ...) qu'on ne peut jamais affirmer comme cela a été fait ici par La Criante : "Le dessin montre un gironné d'argent et de sable. Ce n'est donc pas un gironné de sable et d'argent et donc pas la même famille !". Pour moi, c'est très certainement la même famille (cf. démonstration avec armes d'Enghien).

J'espère avoir répondu à votre question même si je pense que je vous laisse sur votre faim vu que j'ai sans doute mal utilisé le terme cartésianisme initialement et certainement pas selon sa/ses définition(s) admise(s) (je ne suis pas un littéraire ;-)).

Pour revenir au sujet initial, il existe la réprésentation suivante de la famille Dypembeeck (accolée à Romershoven) correspondant à la rondelle :
https://books.google.be/books?id=7NxEAAAAcAAJ&hl=fr&pg=PA280#v=onepage

Bonne soirée, A.
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Ssire le Lun 9 Mar 2015 - 18:36

Le sens du mot cartésianisme que j'ai utilisé dans le contexte du débat sur cette page est à rapprocher de la notion mathématique de "coordonnées cartésiennes" telle que définies par Descartes. En géométrie, de nombreuses formes sont définies par des équations et il n'est pas possible de représenter une forme autrement en fonction des humeurs du dessinateur car cette représentation ne peut qu'invariablement être identique dans un même repère orthonormé (i.e. repère cartésien). En
Vous avez parfaitement répondu à ma demande. Je ne suis pas non plus un littéraire, mais j'ai souvent eu à débattre de l'utilisation de "cartésien" comme synonyme de rationnel... ce n'est pas le débat ici.
Je suis entièrement d'accord avec La Criante quand il dit qu'un gironné d'argent et de sable est différent d'un gironné de sable et d'argent, car là, nous sommes dans l'héraldique. En ce qui concerne son affirmation suivante "donc ce n'est pas la même famille", là je botte en touche, ce n'est plus de l'héraldique, c'est de l'histoire ou de la généalogie ou autre chose, où je ne suis pas du tout compétent.
On a tendance à coller sous le terme "héraldique" tout ce qui touche de près ou de loin le blason. Pour moi l'héraldique concerne l'identification d'un blason (indépendamment de son propriétaire) et ça, ça peut être rationalisé.
Dire "gironné de sable et d'or constitue une différence significative avec "gironné d'or et de sable" est héraldique.
Dire " jusqu'à telle époque gironné de sable et d'or et gironné d'or et de sable étaient confondus tant par le dessin que par le texte", c'est de l'histoire de l'héraldique.
Dire "Dupont portait gironné de sable et d'or et pouvait être parent de Dufnu qui portait gironné d'or et de sable parce qu'à leur époque c'était synonyme" n'est pas héraldique. C'est de la généalogie aidée par l'histoire de l'héraldique.
L'héraldique est définie comme la science et/ou l'art du blason. Pas de leurs propriétaires.
avatar
apn
Curieux

Nombre de messages : 29
Localisation : Duché de Brabant
Date d'inscription : 08/01/2015

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par apn le Lun 9 Mar 2015 - 18:41

Bonsoir Ssire, votre exposé clarifie bien les choses et je ne vois rien à y redire :-)

AnneBhD
Héraut d'armes
Héraut d'armes

Nombre de messages : 1162
Date d'inscription : 09/05/2014

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par AnneBhD le Mar 10 Mar 2015 - 8:36

@Ssire a écrit:Je suis entièrement d'accord avec La Criante quand il dit qu'un gironné d'argent et de sable est différent d'un gironné de sable et d'argent, car là, nous sommes dans l'héraldique.
En ce qui concerne son affirmation suivante "donc ce n'est pas la même famille", là je botte en touche, ce n'est plus de l'héraldique, c'est de l'histoire ou de la généalogie ou autre chose, où je ne suis pas du tout compétent.
On a tendance à coller sous le terme "héraldique" tout ce qui touche de près ou de loin le blason. Pour moi l'héraldique concerne l'identification d'un blason (indépendamment de son propriétaire) et ça, ça peut être rationalisé.
Dire "gironné de sable et d'or constitue une différence significative avec "gironné d'or et de sable" est héraldique.
Dire " jusqu'à telle époque gironné de sable et d'or et gironné d'or et de sable étaient confondus tant par le dessin que par le texte", c'est de l'histoire de l'héraldique.
Dire "Dupont portait gironné de sable et d'or et pouvait être parent de Dufnu qui portait gironné d'or et de sable parce qu'à leur époque c'était synonyme" n'est pas héraldique. C'est de la généalogie aidée par l'histoire de l'héraldique.
L'héraldique est définie comme la science et/ou l'art du blason. Pas de leurs propriétaires.
J'ai mis en gras ce qui semble le plus important (pour Ssire).
Quelques remarques/questions :
C'est quoi "l'identification d'un blason (indépendamment de son propriétaire)" ? On identifie quoi ?
L'héraldique, en tant que science, est née tardivement. Auparavant, on se contentait de parler de "science du blason".
Par ailleurs, dans les sciences humaines, un science n'est pas complètement indépendante des autres sciences (sinon, on crée des modèles parfaitement artificiels, basés souvent sur des exceptions et qui ne correspondent plus du tout à la réalité. Cf. les modèles linguistiques)
Dire "L'héraldique est définie comme la science et/ou l'art du blason. Pas de leurs propriétaires." est peut-être possible en France, mais pas ailleurs où les armoiries sont liées aux patronymes.
Au travers des définitions de Ssire, je note une synonymie entre "héraldique" et "héraldique théorique", ce qui tend à restreindre le champ de cette science.
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Division objet héraldique

Message par Ssire le Mar 10 Mar 2015 - 9:44

@AnneBhD a écrit:
Quelques remarques/questions :
C'est quoi "l'identification d'un blason (indépendamment de son propriétaire)" ? On identifie quoi ?
Le blason étant une entité théorique, dont le dessin et le blasonnement ne sont que des représentations, l'identification consiste justement à déterminer ce qui est effectivement le plus précisément possible éléments significatifs du blason par opposition à ce qui ne serait que fantaisie d'artiste ou excès de blasonnement. Romuald oppose à mon rigorisme supposé un "[l'heraldisme] est également un art par l'interprétation personnelle de dessin et par la conception même de ces dessins." ce n'est pas faux, mais l'interprétation personnelle est limitée: si l'artiste décide de représenter son lion avec une crinière fournie ou maigre, c'est son affaire, mais s'il change l'orientation de la tête ou la position des pattes, il trahit le blason. Fantaisie oui, mais limitée.
@AnneBhD a écrit:
L'héraldique, en tant que science, est née tardivement. Auparavant, on se contentait de parler de "science du blason".
C'est strictement la même chose. Avant on disait "sciences naturelles" maintenant on dit "sciences de la vie et de la terre". À l'époque d'Archimède on ne parlais pas de sciences physique. Et alors ? Pour autant le principe d'Archimède doit-il disparaître des connaissances de la physique ?
@AnneBhD a écrit:
Par ailleurs, dans les sciences humaines, un science n'est pas complètement indépendante des autres sciences (sinon, on crée des modèles parfaitement artificiels, basés souvent sur des exceptions et qui ne correspondent plus du tout à la réalité. Cf. les modèles linguistiques)
Que l'héraldique soit liées à d'autre sciences, c'est indiscutables, pour autant liée ne veut pas dire mélangée.
@AnneBhD a écrit:
Dire "L'héraldique est définie comme la science et/ou l'art du blason. Pas de leurs propriétaires." est peut-être possible en France, mais pas ailleurs où les armoiries sont liées aux patronymes.
Lié au patronymes certes (cf. armes parlantes) mais patronyme ne veut pas dire propriétaire ! Qu'on éclaire le choix d'un créquier pour le patronyme Créquy est tout à fait héraldique, le nom étant tout aussi abstrait que le blason, qu'il y ait droit ou non de timbrer d'une couronne quelconque en relation avec quelque titre de noblesse ou non, ce qui est lié, non au blason, mais à son propriétaire, n'est plus de l'héraldique, mais du droit héraldique.
@AnneBhD a écrit:
Au travers des définitions de Ssire, je note une synonymie entre "héraldique" et "héraldique théorique", ce qui tend à restreindre le champ de cette science.
Une science est par définition théorique. J'aimerais savoir quelles seraient les branches non théoriques de l'héraldique.
Au reproche de vouloir restreindre le champ de l'héraldique, je peux facilement opposer la volonté de vouloir y englober pèle-mêle tout ce qui touche au blason, donc à faire de l'héraldique un gigantesque foutoir, d'où rien de positif ne pourra sortir, puisqu'on y trouvera tout et son contraire.
Contrairement à ce qu'on semble penser, restreindre l'héraldique à son aspect théorique (selon les termes de AnneBhD) n'est pas réducteur. Comparons avec la grammaire française, qui dit par exemple "le verbe être à la première personne du singulier au présent de l'indicatif s'écrit «suis» ". Avancer que dans la Chanson de Roland on trouve la forme "estois" ne contredit pas la grammaire, ni ne justifie que cette forme y soit intégrée: c'est du domaine de l'histoire. Il en va de même pour le chevron. L'héraldique normalise le chevron comme limité en hauteur au point d'honneur, le chevron à l'ancienne occupant toute la hauteur de son champ n'est pas jeté aux oubliette, mais ressort de l'histoire de l'héraldique, et ne peut prétendre à être une possibilité de représentation du concept "chevron" à égalité avec la forme actuelle.
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Ssire le Mar 10 Mar 2015 - 12:10

Suit à une question posé à @apn concernant le "cartésianisme en héraldique, Romuald répond ceci:
@Romuald de Vaisneau a écrit:
@Ssire a écrit:Quel sens donnez vous à "cartesianisme" ? Le sens général de rationnel avec petite connotation péjorative, ou d'une manière plus serrée, basée sur l'analyse déductive ?

Sans vouloir une fois de plus rentrer dans l'éternel débat de lecture des armes et de l'histoire de l'héraldique en sachant qui du dessin ou de l'écriture fut le premier inventé ... et sans vouloir prendre la parole à la place de apn mais simplement en voulant replacer l'exactitude de la cappilotraction : il convient de prendre l'héraldique dans son TOUT et non simplement dans son aspect scientifique amenant une rigueur cartésienne dans la lecture du dessin ou la lecture de la description écrite (et j'omets volontairement les termes de blason et écu ici). Il en est de même dans le débat tenu il y a peu ayant pour sujet les jumelles en chevrons : n'oublions pas que l'héraldique en plus d'être une science codée par l'usage d'un vocabulaire précis et de règles à suivre, est également un art par l'interprétation personnelle de dessin et par la conception même de ces dessins. Il convient, lors de l'examen d'armoiries, de tenir compte de l'instant de réalisation des armes, de l'auteur de la description ou de l'auteur du dessin. Tous n'étaient pas héraldistes, certains ignoraient même les règles de lecture ou de création, voire ... certains héraldiste ou hérauts faisaient également des erreurs lors de leur retranscriptions ou de leurs dessins. Et plus loin encore ... certains détails actuellement blasonnés ne l'étaient pas.
Et c'est justement ceci qui fait la force de l'héraldique : sa rigueur dans les règles est complément de sa souplesse dans l'application de celles-ci......
Ce qui ne répond pas à la question posée, mais qui soulève le problème de l'objet de la science héraldique.
Les premiers messages proviennent de la digression sur ce point dans le fil "Deux rondelles armoriées françaises (XIVe s.)"

AnneBhD
Héraut d'armes
Héraut d'armes

Nombre de messages : 1162
Date d'inscription : 09/05/2014

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par AnneBhD le Mar 10 Mar 2015 - 12:36

Je réponds sur ce fil puisqu'il a été créé Smile

@Ssire a écrit:
@AnneBhD a écrit:C'est quoi "l'identification d'un blason (indépendamment de son propriétaire)" ? On identifie quoi ?
Le blason étant une entité théorique, dont le dessin et le blasonnement ne sont que des représentations, l'identification consiste justement à déterminer ce qui est effectivement le plus précisément possible éléments significatifs du blason par opposition à ce qui ne serait que fantaisie d'artiste ou excès de blasonnement.
Pas clair pour moi. De quelle science tirez-vous cette définition pour "identification" ?

@Ssire a écrit:
@AnneBhD a écrit:Au travers des définitions de Ssire, je note une synonymie entre "héraldique" et "héraldique théorique", ce qui tend à restreindre le champ de cette science.
Une science est par définition théorique.
Science a beaucoup de définitions et je ne l'ai pas trouvé comme synonyme de "théorie".

Si je résume vos propos :
L'héraldique n'est ni de l'histoire, ni de la généalogie, ni.... (tout le monde en est d'accord)
L'héraldique n'est pas de l'art héraldique, ni de l'histoire héraldique, ni du droit héraldique... (que reste-t-il à part la théorie ?)

Pour rappel : la théorie héraldique s'est construite plusieurs centaines d'années après la naissance de la langue du blason : considérer que c'est la théorie qui a permis la structuration de la langue du blason, c'est mettre la charrue avant les boeufs.
C'est la même chose concernant la grammaire française qui n'a jamais structuré la langue française mais a, d'abord, observé les règles qui organisaient la langue. Qu'elle ait eu, plus tard, un rôle normatif, personne n'en doute...
Qui aurait l'idée de réduire la langue française à sa grammaire ?
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Ssire le Mar 10 Mar 2015 - 13:12

@AnneBhD a écrit:
@Ssire a écrit:
@AnneBhD a écrit:C'est quoi "l'identification d'un blason (indépendamment de son propriétaire)" ? On identifie quoi ?
Le blason étant une entité théorique, dont le dessin et le blasonnement ne sont que des représentations, l'identification consiste justement à déterminer ce qui est effectivement le plus précisément possible éléments significatifs du blason par opposition à ce qui ne serait que fantaisie d'artiste ou excès de blasonnement.
Pas clair pour moi. De quelle science tirez-vous cette définition pour "identification" ?
Identification n'est peut-être pas le mot le plus adapté. Disons "définition". En détaillant, l'objet de l'héraldique est de définir d'un blason ce qui est identitaire ou non, soit établir rationellement ce qui va le rendre différent d'un autre.  
@AnneBhD a écrit:
@Ssire a écrit:
@AnneBhD a écrit:Au travers des définitions de Ssire, je note une synonymie entre "héraldique" et "héraldique théorique", ce qui tend à restreindre le champ de cette science.
Une science est par définition théorique.
Science a beaucoup de définitions et je ne l'ai pas trouvé comme synonyme de "théorie".
Theorique est un qualificatif pour science (qui vise la connaissance) en opposition à "pratique" (qui vise l'action). En faire un synonyme de théorie serait bien réducteur ! C'est comme si je disis "un mode d'emploi est par définition pratique" et que vous me rétorquiez: Mode d'emploi a beaucoup de définitions et je ne l'ai pas trouvé comme synonyme de "pratique".

@AnneBhD a écrit:
Si je résume vos propos :
L'héraldique n'est ni de l'histoire, ni de la généalogie, ni.... (tout le monde en est d'accord)
L'héraldique n'est pas de l'art héraldique, ni de l'histoire héraldique, ni du droit héraldique... (que reste-t-il à part la théorie ?)
Vous me prétez un propos que je n'ai jamais  tenu nulle part: :"L'héraldique n'est pas de l'art héraldique" Ce qui démolit votre argument suivant:
@AnneBhD a écrit:
Pour rappel : la théorie héraldique s'est construite plusieurs centaines d'années après la naissance de la langue du blason : considérer que c'est la théorie qui a permis la structuration de la langue du blason, c'est mettre la charrue avant les boeufs.
C'est la même chose concernant la grammaire française qui n'a jamais structuré la langue française mais a, d'abord, observé les règles qui organisaient la langue. Qu'elle ait eu, plus tard, un rôle normatif, personne n'en doute...
Jusque là, on est parfaitement d'accord,
@AnneBhD a écrit:Qui aurait l'idée de réduire la langue française à sa grammaire ?
Mais nulle part je n'ai contesté que l'héraldique recouvre aussi l'art (et j'ai souvent utilisé l'expression "science et/ou art") avec sa part d'esthétisme et (surtout) de créativité.
Mais comme esthétisme et créativité ne supposent pas de règles objectives, les critères de réussite sont informulables. C'est comme en littérature: devant tel sonnet, on peut le juger régulier ou non selon les règles de versification, mais on est incapable de le juger objectivement "poétique" ou non. Les règles de versification ne limite pas pour autant la poésie au calcul du nombre de pieds dans un vers ou à la richesse des rimes.
avatar
Romuald de Vaisneau
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 785
Localisation : Strud, Belgique
Date d'inscription : 22/04/2006

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Romuald de Vaisneau le Mar 10 Mar 2015 - 13:44

@Ssire a écrit:Au reproche de vouloir restreindre le champ de l'héraldique, je peux facilement opposer la volonté de vouloir y englober pèle-mêle tout ce qui touche au blason, donc à faire de l'héraldique un gigantesque foutoir, d'où rien de positif ne pourra sortir, puisqu'on y trouvera tout et son contraire.
Contrairement à ce qu'on semble penser, restreindre l'héraldique à son aspect théorique (selon les termes de AnneBhD) n'est pas réducteur.

Selon ma vision justement, l'héraldique se doit d'englober tout ce qui touche au "blason" et aux armoiries.

Que ce soit le dessin et l'art de dessiner les armoiries, que ce soit la description écrite ou orale des armoiries, que ce soit le droit, l'évolution des règles, les changements graphiques selon les siècles, les possibilités de dresser des généalogies, l'utilisation des armoiries en tant que marque de propriété d'un bien, la distribution statistique de certains meubles en fonction d'un lieu géographique, les amalgames entre le droit de port d'armes et la noblesse, les relèvement d'armes tombées en désuétude, ... tout ce joli et gigantesque foutoir (pour reprendre vos termes) fait parti intégrante de l'héraldique et de son évolution.
Dans le cas de l'héraldique, la "science" ne va pas sans "l'art" et inversement. Et c'est également le fait d'y trouver tout et son contraire en fonction des lieux, des périodes, des interprétations de tel ou tel figure "reconnue comme importante", qui fait que l'héraldique est encore vivante à cette heure car elle a su s'adapter continuellement à l'évolution sociétal tout en respectant son principe de base du "tout le monde à le droit de porter les armes" et ses règles de base "de contrariété des émaux".

Si je puis me permettre un parallèle un peu "audacieux", l'héraldique est pour moi l'équivalent de la chimie, de la physique, de l'histoire, de la géographie, de la sociologie ...
En chimie vous pouvez y parler de la chimie organique, de la chimie minérale, de la biochimie moléculaire, de la pétrochimie, ...
En physique vous parlerez de la mécanique newtonienne, de la mécanique quantique, de la physique nucléaire, de l'astrophysique, de la physique mécanique des fluides ...
En histoire, on catégorisera en fonction des siècles, des périodes, des peuplades, des événements marquant...
Idem pour la géographie ou la sociologie ...

Et bien pour l'héraldique vous aurez notamment, la description graphique (ce que je tends à appeler armoiries), la lecture de la description écrite (ce que je tends à appeler le blason), la description orale (ce que je tends à appeler le blasonnement), les règles de construction (les règles de positionnement des meubles, règles de lectures et de l'ordre de lecture, ...), l'utilisation spécifique pour le clergé, les changements apportés par Napoléon, l'utilisation des armoiries en numismatie, sigillographie ou logotypie, ... et plein d'autres "catégorisation" construite après l'apparition de la science du blason mais faisant partie intégrante de l'usage de l'héraldique au quotidien. Et tout ça ... doit être lu, étudié et compris en fonction du lieu, de l'époque et de l'auteur, sans toutefois pouvoir en faire une généralité car selon moi chaque écu est une forme particulière d'expression d'une identification visuelle.
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Ssire le Mar 10 Mar 2015 - 14:05

@Romuald de Vaisneau a écrit:....

Si je puis me permettre un parallèle un peu "audacieux", l'héraldique est pour moi l'équivalent de la chimie, de la physique, de l'histoire, de la géographie, de la sociologie ...
En chimie vous pouvez y parler de la chimie organique, de la chimie minérale, de la biochimie moléculaire, de la pétrochimie, ...
En physique vous parlerez de la mécanique newtonienne, de la mécanique quantique, de la physique nucléaire, de l'astrophysique, de la physique mécanique des fluides ...
En histoire, on catégorisera en fonction des siècles, des périodes, des peuplades, des événements marquant...
La seule différence c'est que dans la même science, les differents sous groupes se complètent, et ne se contredisent pas : ils rétrécissent leur objet. Ce qui est loin d'être le cas en particulier pour le "droit héraldique" ou la "symbolique héraldique", qui ne retrécie pas mais ouvre à n'importe quel horizon.
De toutes façon cette héraldique fourre-tout ne m'interresse pas, dès lors que l'on pourra déclarer non conforme tel blason en fonction d'une loi spécifique provenant de quelque vague décret d'une principauté bananière, ou l'inverse d'ailleurs, qui va justifier du bleu qui ne serait pas d'azur sous prétexte que l'héraldique c'est aussi les logos canadiens.
avatar
Romuald de Vaisneau
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 785
Localisation : Strud, Belgique
Date d'inscription : 22/04/2006

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Romuald de Vaisneau le Mar 10 Mar 2015 - 15:43

vous trouvez que les sous-groupes de l'héraldique se contredisent ... Moi je trouve qu'ils forment un tout à prendre en considération au cas pas cas en fonction de nombreux critères rigoureux ...

Là où je pense que vous faites erreur dans votre prise de position, c'est que vous ne concevez pas l'application microscopique mais restez sur une vision macroscopique.
Je m'explique :
Pour reprendre votre exemple d'un "blason non conforme en fonction d'une loi spécifique provenant de quelque vague décret d'une principauté bananière", d'un point de vue macroscopique il est en effet concevable qu'un tel blason soit en contradiction avec les règles héraldiques générales.
Mais d'un point de vue microscopique, il faut tenir compte de ce vague décret si et seulement si l'étude du blason démontre que le blason est issu ou porté dans cette principauté bananière.

On pourrait facilement faire le parallèle avec la règle de contrariété des émaux et le sable ... en héraldique française un "parti de gueules et de sable" déroge à la règle car le sable est considéré comme un émail. En héraldique germanique il y a une ambiguïté sur l'application du sable comme émail ou comme fourrure. Le même blason pourrait donc, en héraldique allemande définissant le sable comme une fourrure issu de la zibeline, être tout à fait accepté... si et seulement si il est porté en un lieu au sein des cantons germanique appliquant ce principe.
avatar
Ssire
Maréchal d'armes
Maréchal d'armes

Nombre de messages : 2995
Localisation : F74
Date d'inscription : 24/03/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Ssire le Mer 11 Mar 2015 - 10:17

@Romuald de Vaisneau a écrit:....
Si je puis me permettre un parallèle un peu "audacieux", l'héraldique est pour moi l'équivalent de la chimie, de la physique, de l'histoire, de la géographie, de la sociologie ...
Pour prolonger j'ajoute ceci, que j'ai déjà évoqué dans une réponse maintenant séparée d'ici:
La biologie renferme beaucoup de sous branches dont la biologie moléculaire etc... Le clonage est un élément de cette biologie. Mais dès lors qu'on parle de bouturage on est dans l'horticulture et plus dans la biologie, dès lors qu'on envisage de promulguer des lois pour interdire le clonage humain, on n'est plus dans la biologie mais dans le droit.
Idem pour l'héraldique. L'interdiction de timbrer n'est pas de l'héraldique, c'est du droit (qualifié d'héraldique, pourquoi pas) L'héraldique napoléonniene, ou l'héraldique ecclésiastique, ce n'est pas de l'héraldique, c'est du droit héraldique.
Je ne conteste ni leur existence, ni le bien fondé d'en parler ici (ou ailleurs) mais il ne faut pas tout mélanger.
avatar
Romuald de Vaisneau
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 785
Localisation : Strud, Belgique
Date d'inscription : 22/04/2006

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Romuald de Vaisneau le Jeu 12 Mar 2015 - 9:53

Adoncques, à vous lire lire... le "droit" héraldique n'est pas partie intégrante de l'héraldique parce que c'est du droit ?
avatar
Klemens
Héraut d'armes
Héraut d'armes

Nombre de messages : 578
Localisation : Parisis / Carinthie
Date d'inscription : 14/08/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Klemens le Jeu 12 Mar 2015 - 12:18

L'évolution de la conjugaison du verbe être (estois / suis) est d'ordre normatif. Les conjugaisons actuelles sont pour la plupart, très récentes ; pour le verbe être, la normalisation remonte, de mémoire, à la fin du XVIIIème siècle.

Quant à l'horticulture, c'est une branche de l'agronomie, classée parmi les biotechnologies. C'est de la biologie appliquée. Le bouturage s'appuie d'ailleurs sur un processus biologique, la multiplication végétative et une technique laborantine, la dédifférenciation cellulaire... on appelle aussi ça le clonage.

Je trouve tous ces parallèles un peu rapides. Wink
avatar
Hieronymus
Héraut d'armes
Héraut d'armes

Nombre de messages : 546
Date d'inscription : 13/02/2013

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Hieronymus le Mer 15 Avr 2015 - 15:52

Question intéressante, que je me pose moi-même parfois...

A titre personnel, je prends l'héraldique comme un loisir : blasonner le plus précisément et élégamment possible un dessin.
Inversement, je prends aussi beaucoup de plaisir à imaginer la représentation graphique à partir d'armoiries.

J'identifie plusieurs aspects de la science du blason (non hiérarchisés) :
- la maîtrise du blasonnement, de son langage et de ses codes
- la maîtrise de la représentation graphique d'un blason à partir d'une description héraldique
- l'étude des évolutions des codes à travers les siècles à partir de documents historiques
- la capacité à créer, avec justesse et bon gout, de nouveaux blasons
- la rigueur dans les connexions avec d'autres branches de l'étude historique, que sont la généalogie, la vexillologie et la sigillographie, ainsi que le médiévisme, le droit civique, etc.
- l'étude des brisures et partitions
- l'étude des répartitions géographiques et statistiques des éléments du blason (meubles, pièces, couleurs...)

Contenu sponsorisé

Re: Science héraldique : Quel est son objet ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 18 Juin 2018 - 5:35