Le temps des hérauts

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum d'aide à l'héraldique et de partage de la passion des armoiries.

-15%
Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox sans fil Édition Limitée 20ème Anniversaire
56.43 € 66.39 €
Voir le deal

TRADITIONS MARITIMES

Dansteph
Dansteph
Curieux


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 18/10/2017

TRADITIONS MARITIMES Empty TRADITIONS MARITIMES

Message par Dansteph Jeu 19 Oct 2017 - 5:12

Bonjour tous,

Programmeur indépendant, marié deux enfants, amateur de sciences et d'histoire je tiens un forum dédié à un simulateur spatial depuis 15 ans : http://orbiter.dansteph.com/?language=french
J'ai pratiqué aussi l'aviation et la voile, c'est d'ailleurs à l'occasion de l'achat d'un nouveau voilier (d'occasion) sur le Léman que j'ai eu envie de faire un blason pour le pavillon "propriétaire".

Comme l’héraldique, la marine est faite de traditions et de règles, si ça intéresse quelqu'un : le pavillon propriétaire se porte sur une drisse à tribord (droite) du lever au coucher au soleil et de 8h à 20h une fois au port quand... le propriétaire est à bord.
Dans le cas d'une visite dans un autre pays, ce drapeau passe à bâbord et le pavillon national du pays visité dit de "courtoisie" remplace le précédent à tribord.
Par convention internationale ce pavillon signifie qu'on reconnaît que le droit du pays visité s'applique à bord, c'est la raison pour laquelle les bâtiments de guerre qui jouissent du privilège de l'exterritorialité (comme les ambassades) ne l'envoient jamais.
Le pavillon national se porte lui sur une hampe à l'arrière (ou le pataras... en gros une ficelle qui descend du mat Smile ).

Pour ceux qui veulent en savoir plus, un petit pdf avec un (très) résumé de l'étiquette navale:
http://www.letabatha.net/Infos/etiquette_navale.pdf

Le suivi des règles est de plus en plus folklorique, on voit même fleurir des drapeaux pirates dans les marinas, voire des grossièretés avec le drapeau national, mais dans certains pays ça ne rigole pas, par exemple des couleurs inversées peuvent valoir 4000$ d'amende en Indonésie.
À l'époque de la Royale, le manquement au salut réglementaire en mer entre navires pouvait même valoir une bordée de canon.

Cordialement,

Dan
Dansteph
Dansteph
Curieux


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 18/10/2017

TRADITIONS MARITIMES Empty Re: TRADITIONS MARITIMES

Message par Dansteph Sam 21 Oct 2017 - 9:44

Merci,

Si on aime la tradition, les règles, et l'histoire, la marine est une source inépuisable d'anecdotes passionnantes.

Un navire de ligne de l'époque napoléonienne emportait 850 marins, on peut voir le dernier exemplaire original le HMS Victory (1765) à Porthmouth. C'est un 3 ponts capables de recevoir 104 canons dont les plus lourds pesaient 3,5 tonnes et tiraient des boulets à 300 mètres. Ce n'étaient pas des jouets, un canon de 32 tirait un boulet de 14kg à 487 m/s, juste un peu moins rapide qu'un canon de 105 de la Première Guerre mondiale.
https://fr.wikipedia.org/wiki/HMS_Victory_(1765)

Le HMS Victory est l'original qui a combattu a Trafalgar, celui ou lord Nelson a trouvé la mort, tué par un tireur d'élite français posté dans les hunes du Redoutable. Pour l'anecdote, les Français construisaient de meilleures coques à l'époque, les navires capturés étant rebaptisés et renvoyés contre leur ancien constructeur ils étaient très prisés. Les anglais eux avaient l'avantage d'être une nation maritime et avec le blocus du continent ils passaient énormément de jours en mer d’où un entraînement qui a payé à Trafalgar. Ils rechargeaient les énormes canons de 3 tonnes en 90 secondes, soit deux à trois fois plus vite que leurs adversaires.

In topic, les armoiries de Lord Nelson durant sa carrière et après sa mort:
TRADITIONS MARITIMES Arms%20Nelson
(crédit: http://les-apn-belgique.webnode.fr/news/blase-blason/ )

L'amiral français était Pierre Charles Silvestre de Villeneuve, voici les armoiries de la famille:
TRADITIONS MARITIMES 171021-092702_villeneuve


À Trafalgar, le Redoutable (centre) combat le HMS Victory (à sa gauche) et le HMS Temeraire (à sa droite), tableau peint par Louis-Philippe Crépin en 1807:
TRADITIONS MARITIMES 171021-085440_trafalgar

À cette époque l'immense majorité des décès en mer étaient liés aux mauvaises conditions d’hygiènes, aux maladies et accidents, mais en combat un des effets le plus redoutables des boulets était les éclats de bois projetés à grande vitesse qui généraient des gangrènes et des septicémies, on mourrait beaucoup aussi après les combats.

Une partie du récit du combat, vu depuis le Redoutable (crédit Wikipédia)
« il s’engagea un vif combat de mousqueterie [...] ; notre feu devint tellement supérieur qu’en moins de quinze minutes, nous fîmes taire celui du Victory ; [...] ses gaillards furent jonchés de morts et de blessés, et l’amiral Nelson fut tué par le feu de notre mousqueterie. Presqu’aussitôt, les gaillards du vaisseau ennemi furent évacués et le Victory cessa absolument de nous combattre ; mais il était difficile de passer à son bord à cause [...] de la supériorité de l’élévation de sa troisième batterie. J’ordonnai de couper les suspentes de la grande vergue et de l’amener pour nous servir de pont. »1

Un tireur français posté sur la hune d'un mât vient de blesser mortellement l'amiral britannique ; l'équipage français est sur le point de se lancer à l'abordage du HMS Victory à demi désemparé. C'est alors que, non-couvert par le San Justo qui s'est tenu à distance et par le Neptune encore éloigné, le Redoutable reçoit une série de bordées à bout portant (boulets et mitraille des caronades) de la part du HMS Temeraire (de 98 canons).
Pour les équipes d'abordage massées sur le pont et les marins du Redoutable, c'est un carnage. À 13 h 55, alors que le capitaine Lucas est gravement blessé, avec 522 hommes hors de combat (300 morts et 222 blessés graves) sur 643 (soit 80 % de pertes), commençant à prendre l'eau et sans espoir de renfort, le Redoutable amène son pavillon. Le HMS Victory compte 57 tués, et le HMS Temeraire, 47. « Après le combat le vaisseau était en lambeaux. Le gouvernail et l’étembord étoient entièrement coupés ; la Barre d’arcasse et la lisse d’hourdi étoient tellement hachées que l’arrière ne formoit plus qu’un large sabord. Les mantelets de sabord avoient été presque tous Brisés et les canons démontés. Le vaisseau étoit percé de part en part par les Boulets qui, à la fin du combat, pénétroient dans les faux ponts où ils ont tué plusieurs Blessés. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Redoutable_(1791)

Le Redoutable, capturé coulera finalement le lendemain.

Le HMS Victory, pièce vivante d'histoire, est toujours commissionné (mais désarmé) on peut le visiter:
https://fr.tripadvisor.ch/Attraction_Review-g186298-d4354338-Reviews-HMS_Victory-Portsmouth_Hampshire_England.html


Dernière édition par Dansteph le Sam 21 Oct 2017 - 9:48, édité 1 fois (Raison : cliqué par erreur sur envoi avant correction orthographique :))

    La date/heure actuelle est Mar 7 Déc 2021 - 22:57